Comment le VPN est devenu un outil de protection des droits de l’homme

Les activistes, les journalistes, les défenseurs des droits de l’homme et les défenseurs de l’environnement du monde entier sont de plus en plus dépendants des technologies numériques pour leurs communications. Le soutien aux causes liées aux droits de l’homme prend de l’ampleur à l’échelle mondiale, tout comme les menaces pesant sur les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes. Les gouvernements oppressifs du monde entier tentent de faire taire les défenseurs des droits humains et les journalistes, établissent une surveillance de leurs activités, utilisent leurs données de communication privée pour arrêter et même emprisonner ceux qui osent exprimer une opinion divergente.


Les Droits de l’homme dans le monde numérique

Selon le Comité pour la protection des journalistes, 88 journalistes et journalistes ont été tués en 2018 dans l’exercice de leurs fonctions: en mission, lors de tirs croisés, lors d’attentats terroristes et de meurtres. Alors que la plupart des journalistes d’investigation travaillent sous leur propre nom, d’autres, surtout s’ils vivent dans des pays à risque, choisissent d’écrire sous un pseudonyme et de protéger leur identité. Dans ce cas, la sécurité numérique est nécessaire non seulement pour protéger leurs sources, mais également pour protéger les informations privées du journaliste qui, autrement, pourrait devenir la cible d’une attaque.

Mais la responsabilité des violations des droits de l’homme n’incombe pas seulement aux gouvernements répressifs, mais également aux entreprises privées qui fournissent le logiciel et le matériel nécessaires à la surveillance, à l’arrestation et à la persécution des journalistes et des défenseurs des droits de l’homme. L’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, l’un des assassinats les plus médiatisés de 2018, aurait été facilité par le groupe de fournisseurs de logiciels, le groupe NSO, qui a aidé les autorités saoudiennes à surveiller ses communications. Des membres du personnel de l’organisation de défense des droits humains Amnesty International ont également été pris pour cibles par les logiciels du groupe NSO dans le but d’obtenir un accès à leurs communications privées.


Comment protéger vos droits et libertés en ligne

Les gouvernements qui peuvent acquérir une technologie de surveillance avancée peuvent sembler être un ennemi difficile à affronter. Mais en réalité, chaque personne peut prendre de nombreuses mesures pour garantir sa liberté d’expression, sa vie privée et sa sécurité physique.

Le service VPN est l’une des options que chaque organisation de défense des droits de l’homme et chaque militant doit envisager pour préserver la confidentialité de leurs communications internes et externes et pour la sécurité de leur réseau. Normalement, chaque fournisseur de VPN est axé sur la confidentialité ou la sécurité, mais certains d’entre eux parviennent à offrir les deux à un niveau élevé. TorGuard maintient une stratégie d’absence de journalisation, comme tous les fournisseurs de réseau privé virtuel (VPN) axés sur la confidentialité, et propose également des fonctionnalités permettant de contourner l’inspection approfondie des paquets (DPI), ce qui garantit que votre trafic ne sera ni bloqué ni censuré. Alors que TorGuard semble être un VPN parfaitement adapté et abordable pour les voix dissidentes qui veulent être entendues en Chine ou en Iran, ce fournisseur de VPN est basé sur le sol américain et se trouve donc sous la juridiction des États-Unis – malgré la politique de non-exploitation promise, certaines métadonnées sont en cours de collecte lorsque vous utilisez TorGuard et peuvent être demandées par les autorités américaines sur ordre judiciaire. Autrement dit, si vous êtes un activiste qui compte sérieusement en vouloir au gouvernement des États-Unis, vous pouvez vous tourner vers un autre fournisseur de VPN (basé aux Virgin Island, par exemple comme ExpressVPN).


Libertés sur le Dark Web

Le Dark Web protège vos droits fondamentaux,  une partie du Dark Web, est uniquement accessible via le navigateur Tor. Ses sites Web exigent souvent des informations d’identification individuelles.

Le Dark Web est l’un des endroits où les voix divergentes peuvent parler librement, anonymement et sans crainte d’être censurées ou persécutées. C’est l’une des idées à la base de la création de Tor Browser – avant qu’il ne devienne une passerelle vers des market place illicites comme Silk Road. En fait, le navigateur Ognion a toujours sa raison d’être dans les pays où les personnes doivent contourner la censure, accéder aux médias sociaux bloqués en cas d’urgence et maintenir leurs habitudes de navigation discrètes. Le Web sombre, accessible via Tor, est organisé de manière à ne pas pouvoir être indexé par les moteurs de recherche, et ses sites Web masqués nécessitent souvent des informations d’accès. L’anonymat de la navigation Tor représente le droit à la vie privée en tant que droit humain fondamental.

On peut en dire autant du rôle du VPN dans qui offre une connexion sécurisée et une vie privée à ceux dont les communications pourraient être surveillées. Certains pays offrent davantage de protection de la vie privée en droit et en pratique, d’autres pas. La protection de la vie privée est censée être l’un des droits de l’homme fondamentaux, mais comment s’adapte-t-elle à l’ère numérique où les fournisseurs de services Internet peuvent être systématiquement tenus de collecter et de conserver les données des utilisateurs et de les transmettre rétroactivement à la police?

Aujourd’hui, le Web sombre est notoirement connu pour la diffusion de contenu dérangeant et illégal, pour les marchés illicites proposant des drogues et des armes et pour l’hébergement de sites Web à caractère criminel. Mais la toile sombre a joué un rôle crucial dans le Printemps arabe et dans les dénonciations d’Edward Snowden. Elle est utilisée par de nombreux journalistes et activités de défense des droits de l’homme qui doivent se protéger de la censure de l’État et de la violation de la vie privée.

Moyenne / 5. Nombre de votes :

Ecrire un commentaire