Partager

La Corée du Sud est la nation la plus connectée à internet au monde, bénéficiant à la fois des taux de pénétration les plus élevés (en 2010, plus de 81 % des citoyens ont accès à internet) et des vitesses haut débit les plus rapides disponibles (avec des vitesses allant jusqu’à 100 Mo/s à Séoul). Cependant, en dépit de cela, et en dépit du fait que la Corée du Sud est une démocratie dynamique où la liberté d’expression est consacrée par la loi, la censure sur internet est « omniprésente », et plus de restrictions sont imposées à la liberté de parole en ligne que dans la plupart des autres démocraties. Nous allons vous expliquer pourquoi il faut utiliser un VPN pour la Corée du Sud.

Meilleurs VPN pour la Corée du Sud

ExpressVPN

AVANTAGES :

– Vitesse rapide

– Serveurs dans 78 pays

– iOS et les applications Android

– Garantie de remboursement de 30 jours

INCONVÉNIENTS :

– Le prix est un peu élevé

– Basé aux États-Unis

Une grande entreprise internationale avec des serveurs à peu près partout (y compris au Japon, à Hong Kong et aux États-Unis). ExpressVPN (lire notre test ExpressVPN) est rapide, dispose d’applications pour iOS et Android et bénéficie d’une garantie de remboursement de 30 jours. Basée aux États-Unis, ExpressVPN promet de ne pas enregistrer de connexion, et bien qu’un peu cher, ce VPN pour la Corée du Sud offre un bon équilibre entre les fonctionnalités.

Visiter Express VPN

PureVPN

AVANTAGES :

– P2P : oui (sur certains serveurs)

– Jusqu’à 256 bits SSTP et cryptage OpenVPN

– 2 connexions simultanées

– Application iOS

– Application Android

– Garantie de remboursement de 3 jours

– Serveurs à Singapour et en Malaisie

INCONVÉNIENTS :

– Conserve les journaux (mais basé à Hong Kong)

PureVPN (consulter notre test PureVPN) conserve les journaux, mais comme il est basé à Hong Kong, ce n’est probablement pas une menace énorme, et il n’a aucun problème avec le téléchargement P2P (à l’aide de serveurs sélectionnés). Les applications iOS et Android sont très agréables, tout comme le cryptage OpenVPN « jusqu’à 265 bits ». Il y a une garantie de remboursement de 3 jours, mais soyez averti que nous avons reçu de nombreuses plaintes concernant les clients qui ne reçoivent pas de remboursement et qui dénoncent un service clientèle médiocre. PureVPN gère des serveurs à Hong Kong et au Japon, ainsi que de nombreux autres en Asie du Sud-Est.

Visiter Pure VPN

Censure d’internet en Corée du Sud

Reporters sans frontières classifie la Corée du Sud comme « sous surveillance », et l’Open Internet Initiative (ONI) classe la censure sur internet en Corée du Sud comme « omniprésente » dans sa catégorie conflit/sécurité et comme « sélective » dans la catégorie sociale.

Deux organismes gouvernementaux en Corée du Sud sont responsables de la censure et de la surveillance sur internet : la Commission coréenne des normes de communication (KCSC, anciennement KISCOM) et la Commission nationale des élections (NEC), et l’inquiétude de la tendance au cours des dernières années n’a cessé d’augmenter.

Censure politique

Bien que l’article 21 de la constitution coréenne garantit que « tous les citoyens jouissent de la liberté d’expression et de la presse », le même article 21 stipule que « ni le discours ni la presse ne violent l’honneur ou les droits d’autres personnes, ne nuisent pas à la morale publique ni à l’éthique sociale ». C’est une clause que le gouvernement utilise comme base constitutionnelle pour sa stricte réglementation de la dissidence politique.

La liberté d’expression est encore qualifiée par un certain nombre de lois qui sont considérées comme prioritaires sur le principe général de la liberté d’expression, dont l’exemple est l’article 53 de la Telecommunications Business Act (1991) qui stipule qu’« une personne qui utilise des télécommunications ne doit pas faire de communication avec des contenus qui nuisent à la paix publique et à l’ordre, à la morale sociale et aux bonnes coutumes ».

Le gouvernement a cité « les assassinats et les suicides causés par des insultes excessives, et la propagation de fausses rumeurs et diffamations », pour justifier des limites à la liberté de critiquer les dirigeants gouvernementaux, les politiques et les militaires.

Non seulement les sites web, les blogs et les médias sociaux sont bloqués et supprimés, mais certains internautes dissidents ont été accusés d’infractions pénales. Par exemple, un utilisateur de Twitter qui a comparé les fonctionnaires du gouvernement aux pirates pour avoir approuvé une base navale controversée a été poursuivi pour une diffamation criminelle, alors que le célèbre blogueur « Minerva » a été arrêté en 2009 pour avoir critiqué la politique économique du gouvernement et a fait une peine de prison de 5 ans, plus une amende de 44 000 $ US (KRW50 millions) avant que son cas soit rejeté à la suite d’une décision de la Cour constitutionnelle.

Les discussions sur la Corée du Nord reçoivent une attention particulière des censeurs, et au moins 21 sites ont été bloqués, car ils sont considérés comme sympathiques à la Corée du Nord. En vertu de la Loi sur la sécurité nationale, toute personne qui montre un soutien public pour la Corée du Nord peut subir sept ans de prison.

Étant donné que les sites web nord-coréens sont habituellement hébergés sur des serveurs étrangers qui hébergent également des centaines d’autres sites web, et parce que le seul moyen efficace de bloquer leur accès est de bloquer les adresses IP des serveurs, 3000 sites web sont également bloqués. Les tensions de sécurité avec la Corée du Nord entraînent également des mesures de répression occasionnelles sur la propagation de « rumeurs sans fondement ».

Surveillance

Censure d’internet en Corée du Sud
Censure d’internet en Corée du Sud

Par la loi, les utilisateurs qui souhaitent publier sur des sites web plus importants doivent s’inscrire sur le site avec leur numéro d’identité citoyenne avant qu’ils ne soient autorisés à faire des commentaires qui peuvent être vus par le public (les étrangers doivent envoyer une copie de leur passeport). Malgré l’opposition généralisée à cette loi de cyberdiffusion lorsqu’elle a été introduite en 2008, la plupart des principaux portails de la Corée du Sud, y compris Daum, Naver, Nate et Yahoo Korea, font respecter cette vérification. Google a refusé de se conformer et a plutôt désactivé les téléchargements et les commentaires des utilisateurs sur la version coréenne de YouTube.

« Obscénité et perversion »

La « pornographie et la nudité » sont strictement censurées, sont jugées « subversives », « illégales » ou « nocives », et le contenu relatif à l’homosexualité a reçu une attention particulièrement agressive des censeurs, et depuis 2008, toute personne qui essaie de visiter des « sites internet indécents », y compris ceux liés aux jeux informatiques, au jeu et à la pornographie non classés, est redirigée vers une page d’avertissement du gouvernement.

VPN pour la Corée du Sud

Heureusement pour ceux qui résident dans ce pays, un VPN pour la Corée du Sud est un moyen très efficace de contourner la censure du gouvernement et aucune tentative n’a été faite pour restreindre son utilisation.

Le Japon voisin a peu de restrictions sur l’utilisation de l’internet et, par conséquent, il permet de localiser les serveurs VPN si vous vous connectez de la Corée du Sud, bien que ce soit occasionnellement contre le piratage du droit d’auteur. Hong Kong est un peu plus éloigné (retard accru), mais il dispose de l’internet le plus libre en Asie de l’Est et s’inquiète beaucoup des lois antipiratage, ce qui constitue également un excellent choix pour un serveur VPN.

Conclusion

Les observateurs notent souvent que le gouvernement sud-coréen conservateur se considère comme une figure paternelle bienveillante, dont le rôle est de protéger ses citoyens immatures, mais d’autres voient un côté beaucoup plus sombre, notant que les lois de censure visent ostensiblement le blasphème et la diffamation. Un VPN pour la Corée du Sud s’avère donc indispensable.

La conclusion du rapport de l’ONI résume bien la situation :

« Le large éventail d’informations bloquées, du discours sur les élections à la discussion sur la Corée du Nord, fait l’objet d’un filtrage et d’une censure centrale. La Corée du Sud peut représenter l’avenir d’internet : elle représente une société à la fois hautement technologique et très surveillée. À mesure que plus de technologie est introduite et que la confrontation hostile entre le Nord et le Sud se prolonge, le mélange paradoxal d’une base élargie pour l’expression en ligne et la restriction des voix en ligne se poursuivra en Corée du Sud ». L’utilisation d’un VPN pour la Corée du Sud est donc plus que nécessaire de nos jours.

Partager
mm
Grand voyageur, féru d’actualités informatiques, Yann s’intéresse particulièrement à la sécurité des données personnelles. Ses articles vous permettront de vous informer et de suivre l’actualité qui concerne la protection de la vie privée, les VPN, ainsi que la sécurité en ligne.

Laisser un commentaire