Internet au Vientnam : la politique gouvernementale en question

Internet au Vietnam n’est pas aussi libre que dans la majorité des pays du monde, et nous allons voir pourquoi le gouvernement de ce pays agit ainsi.

Le Vietnam est un pays qui connaît une croissance rapide depuis le milieu des années 1980. Selon PricewaterhouseCoopers, ce pays est peut-être celui qui connaît la croissance la plus rapide dans le monde. Malgré une relative stabilité économique, les citoyens sont soumis à des règles sociales et politiques extrêmement dures. De plus, le Vietnam est classé « non libre » dans toutes les catégories importantes : liberté de la presse, droits politiques, liberté de l’internet et libertés civiles.

Internet au Vietnam
Internet au Vietnam

Ceci est dû en grande partie au fait que le Vietnam est un État à parti unique qui est dominé depuis des générations par le Parti communiste du Vietnam (PCV). Au Vietnam, le PCV détient actuellement 473 des 500 sièges à l’Assemblée nationale. Les 27 autres sièges sont détenus par des indépendants contrôlés par le PCV. Lors des dernières élections (2016), plus de 100 candidats indépendants ont été bloqués par le Parti communiste. Les partis d’opposition sont illégaux au Vietnam, et le système électoral considéré comme truqué, dominé et contrôlé par le PCV depuis sa création en 1988.

Contrôle et surveillance d’internet au Vietnam

Afin de conserver sa mainmise sur le système politique, le PCV consacre une grande partie de ses efforts à contrôler la circulation de l’information dans le pays. Les opinions dissidentes sont censurées, l’activisme est désapprouvé et les individus qui perturbent le statu quo sont souvent emprisonnés.

En 2017, Human Rights Watch a estimé que 100 personnes avaient été emprisonnées pour avoir protesté, critiqué le gouvernement ou soutenu des organisations religieuses ou civiles non autorisées. Afin de maintenir cet écosystème autoritaire, le Vietnam a introduit un certain nombre de lois visant à limiter la liberté en ligne.

Décret sur la gestion, la fourniture, l’utilisation des services internet et le contenu internet en ligne

En 2012, le gouvernement a adopté des lois qui ont introduit de nouveaux pouvoirs pour censurer et criminaliser l’opposition en ligne. Le décret sur la gestion, la fourniture, l’utilisation des services internet et le contenu internet est un document de 60 articles qui impose des interdictions sur l’opposition à la République socialiste du Vietnam.

Le décret permet la filtration du contenu internet offensant et nécessite une véritable identification de nom pour les sites web et les profils en ligne, y compris les blogs. Ce décret a créé une obligation légale pour les FAI et les intermédiaires tels que les sites web afin d’aider le gouvernement à censurer le contenu offensant. La loi a également encouragé les entreprises étrangères à créer un bureau au Vietnam pour les aider à se conformer à la censure du gouvernement.

Décret 72 : Projet de loi sur la censure internet

En septembre 2013, d’autres lois ont été introduites. Le décret 72 a été adopté par l’Assemblée nationale, renforçant la censure en ligne en interdisant aux internautes vietnamiens, y compris les blogueurs et les comptes de médias sociaux, de discuter des affaires politiques courantes.

Le décret stipulait que les comptes personnels et les sites web ne devaient pas être utilisés pour diffuser des informations, notamment en « citant, rassemblant ou synthétisant des informations provenant d’organisations de presse ou de sites web gouvernementaux ».

La loi précisait que Twitter et Facebook ne devaient être utilisés que par les citoyens pour « fournir et échanger des informations personnelles ».

Loi sur l’accès à l’information

En 2017, une loi sur l’accès à l’information est entrée en vigueur, interdisant la divulgation d’informations sur « la politique, la défense, la sécurité nationale, les relations étrangères, l’économie, la technologie ou tout autre domaine réglementé par la loi ». La nouvelle loi permet au gouvernement de retenir toute information qui, à son avis, pourrait nuire à la sécurité nationale ou au « bien-être de la nation ».

Loi sur l'accès à l'information
Loi sur l’accès à l’information

Événements récents

En juin 2018, un certain nombre de manifestations violentes ont éclaté dans la province de Binh Thuan, au centre-sud du pays. Des manifestations ont également eu lieu dans le centre économique national de Ho Chi Minh-Ville. Les manifestations ont eu lieu pour deux raisons. Premièrement, en réaction aux nouvelles lois qui permettent à la Chine de profiter des baux de 99 ans au Vietnam. Le sentiment anti-Chine est commun dans le pays et a été en hausse en raison des conflits dans la mer de Chine méridionale. Selon un sondage du Pew Center, seulement 10 % des citoyens approuvent leur voisin du nord.

En outre, des milliers de manifestants se sont rassemblés de Hanoi à Hô Chi Minh pour manifester contre un projet de loi sur la cybersécurité, qui a été adopté ce mois-ci. Cette législation a été sévèrement critiquée par des militants qui disent que ce sera un désastre pour la liberté d’expression. Pendant les manifestations, des véhicules ont été incendiés, des bâtiments gouvernementaux ont été endommagés et 45 policiers auraient été blessés, selon le ministère de la Sécurité publique. Des centaines de policiers anti-émeutes ont été envoyés pour faire face aux manifestations et 300 personnes ont été arrêtées dont un citoyen américain appelé Will Nguyen.

Contrôle autoritaire

La nouvelle loi entrera en vigueur le 1er janvier 2019. Elle interdira aux internautes d’organiser, d’encourager ou de former d’autres personnes à des fins anti-étatiques, de diffuser de fausses informations et de créer des difficultés pour les autorités. Pour les personnes vivant au Vietnam, il en résultera une incapacité accrue d’exprimer des opinions dissidentes.

Utiliser un VPN pour l’internet au Vietnam

Pour les citoyens qui veulent accéder aux informations étrangères sur la nation, et aux sites web importants tels que Electronic Frontier Foundation, Amnesty International, Reporters sans frontières et OpenNetInitiative, un réseau privé virtuel (VPN) est la meilleure solution. En effet, un VPN comme ExpressVPN (lire notre test ExpressVPN) est un service en ligne qui permet aux utilisateurs de dissimuler leur véritable adresse IP afin d’accéder à du contenu étranger. Cela permet aux internautes d’échapper à la censure locale. En outre, un VPN fiable fournira un cryptage de qualité militaire, empêchant les fournisseurs d’accès internet et le gouvernement de pouvoir suivre ce que les internautes vietnamiens font en ligne.

C’est une épée à double tranchant qui peut être utilisée à la fois pour accéder au contenu et pour se libérer de la surveillance de l’internet au Vietnam. Ceux qui sont intéressés par un VPN pour le Vietnam sont invités à considérer fortement les VPN avec des fonctionnalités de sécurité telles que le chiffrement OpenVPN et la technologie de dissimulation. Il est également recommandé aux utilisateurs de rester à l’écart des VPN locaux et de ne jamais utiliser de serveurs VPN vietnamiens locaux, car ceux-ci pourraient tous avoir été compromis par le PCV.

ClassementVPNPrix MensuelLire le TestVisiter le VPN
1.

$6.67
3 Mois Gratuits
Test du VPN
Visiter le Site
2.$6.99Test du VPNVisiter le Site
3.$7.50Test du VPNVisiter le Site

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *.

Categories: CensureNews Sécurité Informatique