Fusillade au Texas : le FBI une Fois de Plus Frustré par un iPhone

Le débat sur le fait de forcer les entreprises technologiques à affaiblir leur cryptage est de nouveau sur le devant de la scène suite à la fusillade au Texas dans une église. Dimanche dernier, le tireur Devin Kelley, 26 ans, a ouvert le feu dans une église de Sutherland Springs, au Texas. Il a tué 26 personnes et en a blessé beaucoup d’autres. Plus tard, Kelley lui-même est mort de multiples blessures par balles.

Les forces de l’ordre ont d’abord refusé de révéler la marque du téléphone de Kelley. Leur raisonnement était qu’ils ne voulaient pas donner à d’autres « déséquilibrés » un indice sur le type de téléphone qui est imperméable au décryptage. Cependant, après qu’Apple ait proposé son aide, le FBI a confirmé que le téléphone en question était un iPhone. Fait intéressant, le FBI a refusé l’offre d’aide d’Apple, selon le Washington Post, préférant plutôt tenter d’accéder aux données du tireur par leurs propres moyens. Le FBI a également mis en lumière la gravité du problème du cryptage indéchiffrable.

Un changement de politique chez Apple suite à la fusillade au Texas ?

Si le téléphone de l’auteur de la fusillade au Texas avait la fonction Touch ID d’Apple, qui utilise des empreintes digitales pour déverrouiller le téléphone, les enquêteurs auraient pu essayer de tenir le doigt du tireur mort sur le téléphone. Cela aurait dû être fait dans les 48 heures suivant le déverrouillage précédent.

L’approche d’Apple est intéressante, car elle semble être différente de la position précédente de l’entreprise concernant la coopération avec les forces de l’ordre sur le déverrouillage des téléphones cryptés. L’offre d’aide d’Apple est également intrigante, car la société soutient depuis longtemps que ses téléphones sont fabriqués de telle sorte que même l’entreprise ne peut y accéder à moins que le propriétaire ne coopère. Ce sera intéressant de voir comment cela se passe dans l’enquête sur la fusillade au Texas. La proposition d’Apple pourrait-elle être une ruse pour décourager les forces de l’ordre de demander continuellement une clé de décryptage ?

La question de l’intrusion dans les téléphones a d’abord attiré l’attention des médias en 2015, lorsque le FBI et Apple se sont engagés dans une bataille publique sur l’iPhone du tireur de San Bernardino, en Californie, 2 ans avant la fusillade au Texas. La compagnie a refusé de créer une « porte dérobée » pour que le FBI brise le cryptage du téléphone. Au cours de cette bataille, le président Trump a appelé au boycott d’Apple. Le FBI a finalement embauché une société tierce pour 1,3 million de dollars pour pirater le téléphone. Depuis, la question du cryptage a été relativement oubliée.

Fusillade au Texas : la question de la protection de la vie privée

Le ministère de la Justice, vexé de son incapacité à casser le cryptage des téléphones dans le passé, a mis la pression sur Apple au moment de la fusillade au Texas. Le sous-procureur général Rod Rosenstein a commenté : « Personne n’a un intérêt légitime pour la vie privée dans ce téléphone. Le suspect est décédé. Même s’il était vivant, il serait légal pour la police et les procureurs de savoir ce qu’il y a dans le téléphone. Lorsque vous tirez sur des douzaines de citoyens américains innocents, nous voulons que les forces de l’ordre enquêtent sur vos communications et sur vos données stockées… Il y a des choses que nous devons savoir…. En fait, aucune personne raisonnable ne doit s’interroger sur notre droit d’accès au téléphone. »

Apple a toujours repoussé les demandes officielles pour affaiblir le cryptage de leur téléphone. La société soutient que le fait d’affaiblir délibérément le cryptage et/ou de répondre aux demandes des forces de l’ordre rendrait les clients vulnérables aux criminels qui accèdent également à l’information. En d’autres termes, affaiblir le cryptage inviterait les pirates à sévir. Ainsi, le problème épineux des téléphones cryptés se poursuit sans aucune solution apparente en vue. Il semble que la controverse de la fusillade au Texas sera relancée chaque fois qu’il y aura une fusillade et un iPhone. Les constructeurs vont-ils continuer à rester fermes et catégoriques dans leur refus de donner des clés de cryptage aux autorités ? En effet, avec tout ce qui est en jeu en matière de vie privée et de sécurité, parvenir à un compromis semble difficile. Ces questions sont susceptibles d’être revues lors du prochain massacre, une triste probabilité, compte tenu de la surabondance d’armes aux États-Unis.

Nous vous rappelons qu’il est fortement conseillé d’utiliser un VPN comme Hidemyass (consulter notre test Hidemyass) afin d’optimiser la protection de votre smartphone contre le piratage.

ClassementVPNPrix MensuelLire le TestVisiter le VPN
1.

$6.67
3 Mois Gratuits
Test du VPN
Visiter le Site
2.$6.99Test du VPNVisiter le Site
3.$7.50Test du VPNVisiter le Site

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *.

Categories: News Sécurité Informatique