Censure internet en Afrique : menace sur la démocratie et l’économie

De nombreux gouvernements africains appliquent la censure internet pour bloquer un grand nombre d’applications et de sites, en particulier lors des élections. Mais les internautes à travers le continent cherchent de plus en plus des moyens de contourner les obstacles.

Censure internet en Afrique : menace sur la démocratie et l’économie

« Au début, je pensais que mon téléphone portable avait été piraté ou que quelque chose était cassé », a déclaré un journaliste européen qui effectue un reportage au Mali sur les élections présidentielles de dimanche dernier. Les réseaux sociaux étaient soudainement indisponibles et, dans beaucoup de pays africains, cela coïncide généralement avec les jours précédant les élections. Les sites web critiques sont soudainement déconnectés et les applications de communication envoient des messages d’erreur.

Selon l’organisation Internet Sans Frontières (ISF), c’était également le cas lors d’autres élections présidentielles. ISF s’appuie sur des données provenant d’un observatoire international qui vérifie plusieurs fois par jour l’accessibilité régionale de certains sites web et applications. Selon ces données, WhatsApp et Twitter, entre autres, n’étaient pas disponibles pendant plusieurs heures le soir du scrutin. On soupçonnait que les sites étaient fermés sur ordre du gouvernement.

Mais les internautes africains ne sont pas seulement confrontés à des fermetures temporaires pendant les élections ou lors de grandes manifestations. Les agences gouvernementales dans des pays tels que le Rwanda, l’Ouganda et le Cameroun censurent régulièrement certains contenus en ligne.

Censure internet en Afrique : listes noires, suppressions et intimidations

« Il existe deux manières de bloquer et de filtrer le contenu en ligne », déclare Mai Truong, une experte du réseau de l’organisation non gouvernementale américaine Freedom House. Mais contrairement à la Chine, considéré comme le leader mondial de la censure sur internet, aucun pays africain n’a les moyens techniques de surveiller l’ensemble du web.

« En Afrique subsaharienne, nous constatons que les autorités dirigent souvent les fournisseurs de services internet, les FAI, pour bloquer une liste noire d’URL », explique Mai Truong, bloquant ainsi certains sites web au niveau du fournisseur. »

Cela est particulièrement efficace lorsque les fournisseurs d’accès internet appartiennent à l’État ou ont des liens étroits avec le gouvernement. Selon des études de l’Université de Saint-Gall, en Suisse, c’est le cas dans plusieurs États d’Afrique subsaharienne. Et selon Truong, les autorités ont plus souvent recours à une forme de censure internet moins technique : la suppression de contenus déjà publiés. La police oblige les opérateurs de sites web à supprimer les textes critiques et les commentaires, dit Truong. Ceux qui ne coopèrent pas sont menacés de conséquences juridiques. Cela conduit à un climat de peur et d’autocensure.

Les gouvernements tentent également de plus en plus de rendre l’utilisation des services en ligne et des médias sociaux plus difficile en général. L’Ouganda, par exemple, a introduit une taxe sur les médias sociaux au début du mois de juillet. Depuis, l’accès à des applications telles que Facebook ou WhatsApp n’est disponible que pour ceux qui paient environ 50 cents par jour à leur fournisseur internet.

Censure internet en Afrique - listes noires, suppressions et intimidations
Censure internet en Afrique – listes noires, suppressions et intimidations

Les barrières en ligne nuisent à l’économie

La ligne officielle est que le gouvernement a imposé cette taxe, car il veut augmenter ses faibles recettes fiscales. Mais Lillian Nalwoga estime que le véritable objectif de la taxe ne peut être négligé. Selon lui, cette taxe vise à « réduire au silence les commérages en ligne et la liberté d’expression. »

Nalwoga prévient que des mesures telles que la taxe sur les médias sociaux affecteront principalement les personnes les plus pauvres et les moins axées sur la technologie. Pour de nombreux Ougandais, les médias sociaux sont le premier point de contact avec internet. Par conséquent, les taxes excluent de nombreux utilisateurs potentiels d’internet comme les petites entreprises, pour lesquelles Facebook, WhatsApp et d’autres médias sociaux sont des canaux de commercialisation importants.

Comment les utilisateurs africains contournent la censure ?

Mais il existe des moyens d’éviter la censure internet, par exemple via des réseaux privés virtuels ou VPN. « Un VPN crée un tunnel vers le monde extérieur et permet aux internautes de surfer comme s’ils se trouvaient dans un pays sans restrictions », explique Truong. Il est vrai que de nombreux gouvernements agissent de plus en plus contre les VPN, explique Truong. « Mais la bonne nouvelle est que les VPN sont très polyvalents et que de nombreuses nouvelles sociétés VPN émergent actuellement en réponse à la censure internet en Afrique ».

Ces astuces ne sont plus réservées aux professionnels de l’internet. Nalwoga, militant ougandais, a décrit un village de l’ouest du pays où les cours d’internet organisés par le centre communautaire local suscitent un intérêt croissant. Mais il y a un nouvel objectif. « Les gens ne nous demandent plus comment utiliser ces plates-formes, mais ils nous demandent plutôt comment installer un VPN », explique Nalwoga.

 

ClassementVPNPrix MensuelLire le TestVisiter le VPN
1.

$6.67
3 Mois Gratuits
Test du VPN
Visiter le Site
2.$6.99Test du VPNVisiter le Site
3.$7.50Test du VPNVisiter le Site

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *.

Categories: CensureComment Utiliser un VPNDébloquer des SitesNews Sécurité Informatique